• Facebook - Black Circle
  • Instagram - Black Circle
  • Pinterest - Black Circle

© 2018 Valerius art gallery, All rights reserved.

Our gallery, artists, exhibitions in the news

01.02.2019 I City Magazine

22.11.2018 | RTL No Art on Air with Eric Mangen

9.11.2018 I Monopol Magazin - Top 4 @ Luxembourg Art Week

N.3: Roger Wagner "Globolosa_Nana" @ValeriusArtGallery !! 

Image: © Roger Wagner

Globolosa Nana, Stresa, 2016

Print on Hahnemühle FineArt Baryta Satin, 300gsm

Edition: 3 + 1 AP

©Monopol Magazin

9.11.2018 I Le Républicain Lorrain

Front Page: Gérard Valerius walking in front of a wall filled with work by Eric Mangen at the Luxembourg Art Week.

© Le Républicain Lorrain

8.11.2018 I Paperjam - by Céline Coubray

La quatrième édition de Luxembourg Art Week débute officiellement ce vendredi 9 novembre. Une édition marquée à la fois par la continuité, mais aussi par une belle amélioration de sa qualité.

Alex Reding et son équipe peuvent être satisfaits. Ils ont bien travaillé pour cette quatrième édition de la foire Luxembourg Art Week qui débute ce vendredi à la halle Victor Hugo au Limpertsberg. Les exposants sont arrivés depuis mardi après-midi et la quasi-totalité des stands est désormais prête. Au total, ce sont 50 galeries qui participent à ce long week-end consacré à la vente d’art au Luxembourg.

«Près d’un tiers de nos exposants sont du Luxembourg, ce qui est une proportion de nationaux comparable aux autres foires comme à Paris ou Bruxelles», précise le galeriste Alex Reding à l’initiative de cet événement. On retrouve le même partage des exposants que les autres années, entre «Positions» pour les galeries établies qui sont 32 cette année, et «Take Off» dédié à la scène émergente avec 18 jeunes galeries ou associations d’artistes, cette dernière section étant soutenue par le ministère de la Culture pour leur permettre d’exposer à la foire à prix raisonnable.

«Par contre, nous n’avons plus de limite de prix de vente pour les œuvres de «Take Off» comme nous avons pu le avoir les années précédentes», souligne Alex Reding.

Des améliorations à plusieurs niveaux

La circulation entre les stands a été revue, ce qui améliorera certainement la fluidité des visiteurs. La partie accueil est aussi réaménagée pour devenir plus conviviale, avec l’exposition «Class Trip» réalisée par le Casino Luxembourg sur la jeune scène berlinoise.

Parmi les nouvelles galeries internationales, notons, entre autres, la présence de la Galerie Anne Barrault de Paris, de Jarmuschek + Partner de Berlin et d’Espace À Vendre de Nice, ce dernier présentant des œuvres de Filip Markiewicz, dont la première peinture réalisée par cet artiste luxembourgeois, et des travaux d’Emmanuel Régent qui méritent attention.

On soulignera que, dans l’ensemble, les stands ont gagné en qualité de présentation, avec des œuvres équilibrées au niveau de la qualité, des médiums, des formats, des prix. Si le niveau était déjà bon les années précédentes pour «Positions», c’est surtout la partie «Take Off» qui gravit une marche. De plus, les amateurs d’art pourront aussi bien trouver une sculpture de Raymond Hains à 85.000 euros (Valerius Art Gallery) qu’un multiple de Robert Barry à 850 euros (Galerie 8 + 4).

 

 

En parallèle des stands de galeries, Luxembourg Art Week propose un programme culturel étoffé qui place l’événement comme plate-forme pour toute la scène artistique luxembourgeoise, et pas uniquement pour les galeries. Le programme VIP permet aux collectionneurs qui se déplacent de l’étranger de participer à un tour guidé des institutions, à savoir le Mudam, le Casino Luxembourg et le Centre Pompidou-Metz, et un programme de conférences ponctue les trois jours de foire (nous y reviendrons plus en détail dans un article ultérieur, ndlr).

© Paperjam Luxembourg: click here!

29.09.2018 | RTL Artbox with Monique Becker
Insight into the artist life of Monique Becker

13.07.2018 I d'Lëtzebuerger Land, p.15

23.02.2018 I Lëtzebuerger Wort

02.2018 I Paperjam - "12 Heures avec Bob Kneip" 

03.02.2018 I RTL Artbox - Marc Pierrard 

Exclusive glimpse into the life, work, and projects of artist Marc Pierarrd.

Including a tour of the gallery with a view of his exhibition.

26.01.2017 | Tageblatt 

25.01.2018 | Luxemburger Wort
on artist Marc Pierrard

04.12.2017 | Tageblatt 

18.08.2017 | Land Kultur (Edition Nr. 33)

01.11.2017 | City Magazine 

Pages 46 and 81
Read the magazine online here:
27.10.2017 | DADADA - Luxembourg Art Annual 
N°2 / 2017 - Page 124
Read the magazine online here:
12.10.2017 | RTL Top Thema Magazin 
De Gerard Valerius: kee gewéinleche Galeriebesëtzer
Watch the video:
12.10.2017 | RTL Live! Planet People
Mam Natasha Bintz an dem Gerard Valerius 
D'Natascha Bintz ass am Comité vu Miss & Mister Lëtzebuerg. De Gerard Valerius ass e bekannt Gesiicht aus dem Nuetsliewen an elo Besëtzer vun enger Galerie.
Watch the video:
Link here: 
Une nouvelle galerie d’art moderne, contemporain et tribal a ouvert ses portes au Marché-aux-Poissons à Luxembourg et sera inaugurée le 28 septembre. Rencontre avec Gérard Valerius, collectionneur aguerri et ex-personnalité de la vie nocturne luxembourgeoise, qui nous explique le concept qu’il entend insuffler à sa galerie.

 

Pourquoi avoir voulu ouvrir une galerie ?
Je suis passionné d’art depuis toujours. Je collectionne des œuvres depuis le lycée. Pendant 25 ans, j’ai surtout travaillé dans le milieu de la vie nocturne. Puis, j’ai eu envie de changer. C’est comme de partir à la retraite et de commencer à jouer au golf ! Il y a un temps pour tout. En fait, je n’ai jamais voulu être cloué au même endroit toute ma vie. C’est un concours de circonstances, un hasard, qui m’a poussé à ouvrir cette galerie maintenant.

D’où viens ton amour pour l’art ?
Je ne sais pas vraiment. Cela date du lycée. Peut-être en allant chez des amis dont les parents étaient collectionneurs et où j’ai pu voir des œuvres. Les visites des musées dans ma jeunesse, comme le Centre Pompidou à Paris. Déjà à ce moment-là, ma chambre était pleine de reproductions d’artistes surréalistes. Mes parents ont également commencé à collectionner. Et puis, il y a eu la découverte de l’art tribal, ça été une claque ! Cet art m’a toujours intéressé. Puis est venu l’art moderne… Mes goûts sont très éclectiques, il n’y a qu’à regarder autour de soi.

 

Quel art collectionnes-tu ?
Cela va de l’avant-garde russe, à l’avant-garde new-yorkaise. L’art africain. Le mouvement Cobra, les artistes de Supports-Surfaces… Pour moi, les arts peuvent se combiner à merveille, j’aime expérimenter les mélanges de styles. La première œuvre d’art que j’ai achetée était une lithographie de l’artiste luxembourgeois Michel Geimer, puis une sculpture représentant un oiseau calao du Mali.

Achètes-tu toujours tes coups de cœur ou existe-t-il d’autres raisons ?
Le déclencheur est toujours un coup de cœur. Cela dit, à partir d’une certaine somme, je réfléchis à deux fois avant de me décider et je m’assure que l’investissement est justifiable sur le marché de l’art.

Comment et où achètes-tu ?
J’aime chiner. J’achète dans les galeries, chez les artistes, dans les foires. Un peu partout. À l’occasion de mes voyages à l’étranger, j’en profite toujours pour visiter les ateliers d’artistes, me mettre en contact avec des artistes « avant-gardistes » ou plus établis, intégrer des réseaux et rencontrer du monde, aller aux vernissages, aux fêtes… De fil en aiguille, je crée ainsi mes propres parcours et intérêts artistiques.

Tu aimes donc aussi rencontrer les artistes derrière les œuvres ?
Oui, d’ailleurs au début, j’ai toujours souhaité rencontrer l’artiste dont une œuvre d’art me plaisait… Et forcément le trouver sympathique ! Mais c’est un aspect idéaliste que j’ai maintenant laissé de côté… Tant mieux si l’artiste dont j’aime l’œuvre d’art est sympathique. Depuis, j’ai acquis de nombreuses œuvres dont je n’ai jamais connu les artistes personnellement. C’est le cas notamment pour les œuvres d’art tribal. Je dois quand même dire que je n’ai jamais réussi à acheter une œuvre à un artiste complètement abject ou détestable !

Comment va fonctionner ta galerie, qu’est-ce qui est prévu ?
On prévoit de changer l’accrochage régulièrement comme dans une galerie de second marché : selon l’épuisement des œuvres d’un artiste, l’arrivée de nouveaux artistes dans la galerie, etc. Pour l’ouverture, tout l’accrochage sera entièrement revu. Cette alternance des œuvres donnera envie aux gens de passer plus souvent, de découvrir de nouvelles œuvres, etc. Ce qui importe est de rester libre. On ne veut pas se mettre de cadres. On veut aussi mieux comprendre les envies des visiteurs dans la galerie. On fera aussi peut-être des expositions d’un seul artiste avec des vernissages réguliers ou même exposer de vieux meubles…

Quelles sont tes attentes ?
J’espère que nous aurons beaucoup de visiteurs et que nous pourrons leur présenter notre approche, c’est-à-dire, une approche très détendue par rapport à l’art, car pour moi, l’art doit être sensoriel, sensuel et une affaire de plaisir. Dans ma galerie, on peut toucher l’art, le sentir… Je suis loin de vouloir intellectualiser l’art. Je veux vraiment descendre l’art du socle, le rendre accessible au plus grand nombre. L’art doit être libre de l’oppression intellectuelle selon moi. C’est aussi pour cette raison que je souhaite proposer plusieurs artistes d’horizons différents, pour laisser le choix aux visiteurs. C’est vraiment une approche de collectionneur.

Quels prix proposes-tu ?
Tous types de prix, des petits prix pour des petits tableaux, mais aussi de plus grands investissements pour des oeuvres d’artistes qui ont une cote déjà importante.

Valerius art gallery est une galerie de second marché qui propose des œuvres d’art d’artistes aussi divers que : Karel Appel, John Blau, Steven Cohen, Erro, Günther Förg, Raymond Hains, Hans Hartung, David Lachapelle, Markus Lüpertz, Eric Mangen, Jonathan Meese, Moritz Ney, Sergio Sardelli, Rafael Springer, Claude Viallat, Andy Warhol, Wallace Whitney, Zao Wou-Ki, etc… Et de l’art asiatique, d’Océanie et d’Afrique.

Fête d’ouverture : jeudi 28 septembre à partir de 17 h, Valerius art gallery, 2a rue Wiltheim, Fëschmaart, L-2733 Luxembourg. Ouvert du mardi au samedi de 11 h – 18 h. Fermé le lundi et le dimanche. Plus d’informations sur : www.valeriusartgallery.com

KAREL APPEL     

YOSHITAKA AMANO

NOBUYOSHI ARAKI   

MONIQUE BECKER

FERNAND BERTEMES  

BRAM BOGART

JOHN BLAU

J-D BURTON

NORMAN CATHERINE STEVEN COHEN

SOUMISHA DAUTHEL

DAMIEN DEROUBAIX ERRO   

ALEXANDRA EXTER

GÜNTHER FÖRG  

MICHEL GEIMER     

RAYMOND HAINS

HANS HARTUNG      

CORNEILLE

DAVID LACHAPELLE   

BENGT LINDSTRÖM

MARKUS LÜPERTZ   

ERIC MANGEN

JONATHAN MEESE

LAVAR MUNROE    

MORITZ NEY   

MANUEL OCAMPO

MARC PIERRARD

SERGIO SARDELLI  

RAFAEL SPRINGER    

STEPAHNIE UHRES  

LOLA VALERIUS 

CLAUDE VIALLAT

ROGER WAGNER

ANDY WARHOL 

ZAO WOU-KI

ARTISTS

VALERIUS ART GALLERY